feuille verte

Un projet sous l'œil des chercheurs

  AMI : Appel à Manifestation d’intérêt

Le projet de l’Ecopôle du Val d’Allier est suivi depuis plusieurs années par des chercheurs. Une équipe pluridisciplinaire se constitue notamment autour du projet de l’Ecopôle du Val d’Allier en 2015 pour répondre à un Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) du Ministère de la transition écologique et solidaire.

Le service de la recherche du Commissariat général au développement durable a en effet lancé en février 2015 une expérimentation intitulée les ateliers de recherche-action « Paysages, Territoires, Transitions » sur laquelle le projet de l’Ecopôle s’est positionné.

L’objectif de cet AMI toujours en cours, est de mettre en lumière les façons de faire (démarches, outils, savoir-faire…) sur les transitions et d’accompagner les territoires dans les transitions qu’ils connaissent ou à venir.

La réponse de l’Ecopôle à l’appel à manifestation d’intérêt s’oriente sur la question des nouvelles périruralités et de l’expérimentation démocratique..

Le site de l’Ecopôle s’inscrit depuis toujours dans une dynamique de transition, le site accueillait autrefois des prairies, puis un château avec ses jardins ont été construits, laissant ensuite la place à une exploitation de carriers pour plus de 60 ans. Le site est aujourd’hui un lieu d’expérimentation sur les questions de transitions environnementales (espace-test agricole, restauration écologique, pêche environnementaliste…).

Par ailleurs la volonté d’impliquer les populations locales dans le projet est très présente et la structuration d’une association de pêche pour gérer un espace de 10ha sur l’Ecopôle est un exemple concret de démocratie participative.

Des actions connexes au projet de l’Ecopôle du Val d’Allier sont également prises en compte dans cette recherche action : mise en place d’un PLUI sur Billom Communauté (atelier trame verte et bleue), création d’une pépinière labellisée « Végétale locale » avec la Régie de Territoire, exposition sur l’évolution paysagère du village de Pérignat-ès-Allier, plantation de haies dans le village de Pérignat-ès-Allier…

Les partenaires du projet

En partenariat avec la Dreal Auvergne Rhône-Alpes (Fabienne Larodie), la DDT 63 (Didier Mouton), le CAUE 63 (Diane Deboaisne), la Mission Haie (Sylvie Monier), l’UMR Metafort et AgroParisTech (Armelle Caron et Claire Planchat représentant également l’Agence « Vous Etes D’Ici »), la mairie de Pérignat-ès-Allier répond à l’appel à projet.

 L’Ecopôle est retenu avec 5 autres lauréats parmi les 22 territoires qui ont répondu à cet appel à manifestation d’intérêt.

Territoires lauréats de l’Appel à Manifestation d’Intérêt en vert sur la carte.

Les actions concrètes développées sur le terrain

– 2015 : création d’un observatoire photographique des paysages par les étudiants d’Agro-Paris Tech dans le cadre du PADD de Billom Communauté. L’Ecopôle fait partie de l’étude.

lien vers l’observatoire photographique développé par les étudiants : http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/ecopole-perignat-sur-allier_89556#16/45.7186/3.2164

–  2016 : réalisation d’une enquête « porte à porte » par les étudiants d’AgroParisTech pour analyser les dynamiques de concertation afin d’accompagner la construction de l’Ecopôle du Val d’Allier. Cette étude est menée afin de créer une dynamique entre les habitants et le projet dans le cadre d’une participation citoyenne. Pour télécharger les résultats de l’étude.

Pour visionner la vidéo

– 2017 : le site de l’Ecopôle est utilisé comme support d’étude par les étudiants de l’école d’Architecture de Clermont-FD qui doivent présenter un projet (maquette et mémoire) sur la construction de la maison de site pour leur diplôme de fin d’année.

– 2017 : le site de l’Ecopôle est l’un des 7 ateliers de la rencontre des Eco-territorialités organisée le 12 et 13 octobre 2017 par VetAgro Sup et la Plateforme 21. L’atelier s’intitulait « Exploiter les ressources autrement » et est animé par Jean-Pierre BUCHE (Président du SEAT) et par François PHILIPPOTEAU de l’UNICEM (Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction).

– 2017 : le SEAT accueille un groupe d’étudiants d’Agro Paris Tech dans le cadre d’un travail collectif pour analyser le jeu d’acteurs autour du projet de l’Ecopole du Val d’Allier. Pour télécharger la présentation.

– 2018 : lors de deux manifestations sur l’Ecopôle (le 17 juin dans le cadre de la journée du Petit Patrimoine de Pays et le 7 juillet pour la 1ière Edition des Ecopolys), deux rendus théâtralisés de la recherche sur le paysage sont mis en scène par Claire PLANCHAT. L’objectif est de vulgariser la recherche auprès du grand public et de rendre compte des travaux effectués.

– 2018 : le SEAT accueille Stessy FOURNERON, étudiante en Master 2 « Stratégie d’Aménagement des villes petites et moyennes » (STRATAM) à l’IADT. En service civique pour 10 mois, elle travaille notamment la question de l’agriculture et de l’évolution des pratiques.

Toujours en cours, cette recherche/action devrait aboutir à l’organisation d’un séminaire avec des ateliers territorialisés en 2019. D’une manière générale, le SEAT souhaite entretenir des liens avec le monde de la recherche afin de capitaliser sur son expérience et ses expérimentations.

Rendu théâtralisé des recherches sur le paysage lors de la journée du Petit Patrimoine de Pays « l’Animal et l’Homme » organisée sur l’Ecopôle du Val d’Allier en collaboration avec Billom Communauté.

Atelier de terrain sur l’Ecopôle lors des rencontres de l’Eco-territorialité

Présentation du projet de l’Ecopôle lors des rencontres de l’Eco-territorialité

  La preuve par 7

Depuis peu, un autre groupe de travail composé d’urbanistes et d’architectes s’intéresse lui aussi au projet de l’Ecopôle du Val d’Allier. Cette démarche, portée par Patrick Bouchain se nomme La Preuve par 7 et est conduite par Notre Atelier Commun (NAC).

Qu’est-ce que la Preuve par 7 ?

La preuve par 7 est une démarche expérimentale d’urbanisme et d’architecture qui s’appuie sur des porteurs de projet. 7 projets  à des échelles territoriales différentes ont été identifiés : le village, le bourg, la ville moyenne, le territoire métropolitain, la métropole, l’équipement structurant et le territoire d’outre-mer. Le bourg de Pérignat-ès-Allier et l’Ecopôle du Val d’Allier ont été identifiés comme projets pilotes.

Soutenue pour 3 ans par les ministères de la Cohésion des territoires et de la Culture, et avec la participation de la Fondation de France, la Preuve par 7 expérimente à travers des projets en cours, qui s’appuient chacun sur un triptyque d’acteurs locaux volontaires :

  • des décideurs politiques engagés,
  • des opérateurs mobilisés,
  • des “forces vives” publiques ou privées, usagers et riverains fortement impliqués.

La Preuve par 7 a pour objectif d’accompagner les initiatives identifiées dans le montage juridique et financier et d’appuyer leur volonté de faire différemment en leur donnant la légitimité à agir en dehors des méthodes traditionnelles. Au-delà de l’accompagnement de ces premiers projets, la démarche de la Preuve par 7 a vocation à essaimer, et transformer des expérimentations éparses en supports pour de nouvelles politiques publiques et initiatives privées.

Qui est Patrick Bouchain ?

Patrick Bouchain est un maître d’œuvre et scénographe français. Il est pionnier du réaménagement de lieux industriels en espaces culturels : réhabilitation du Magasin à Grenoble en centre d’art contemporain, travaux sur La Ferme du Buissonprojet du Lieu unique et de la Condition publique à Roubaix… Son travail se caractérise par une façon particulière d’aborder les projets et leurs contraintes. Il voit le rôle de l’architecte comme celui d’un assistant : assistant de la population vers une architecture à son service, assistant du maître d’ouvrage pour un respect du budget, assistant d’artistes de galeries et de spectacle vivant.

Ainsi, Patrick Bouchain développe et enseigne depuis des années une architecture H.Q.H. (Haute qualité humaine) qui vise à redonner de l’humilité et de l’intelligence à l’architecture contemporaine.

Lorsque Jack Lang est nommé ministre de la culture en 1981, les deux hommes se rencontrent. Patrick Bouchain devient le conseiller de Jack Lang durant la période de 1986 à 1995.  Ensemble, ils ont lancé de nombreuses actions notamment la création des Ateliers de Création Industrielle en 1982 et la réhabilitation du Jardin des Tuileries qui a débuté en 1989.

La Preuve pas 7 sur le terrain

La preuve par 7 intervient à différentes échelles et sur des projets déjà en cours. L’enjeu est de démontrer par l’exemple qu’une autre façon de générer du commun est possible. Le but final est de rendre courantes et reconductibles des démarches et des méthodes jugées jusqu’à présent conjoncturelles et atypiques.

Ce que revendique la Preuve par 7, c’est le droit à l’expérimentation, l’assemblage d’expériences. Inscrire dans le réel ce que la loi inscrivait comme simple « possibilité », expérimenter de nouvelles façons de construire afin de faire évoluer les usages.

Cette démarche vise à lutter contre l’aliénation, la laideur et la misère du projet de construction, par l’acte de construire collectivement.